L'Atelier d'AngelMJ


1 commentaire

Les Aventures d’AngelMJ au Japon : Episode 08 – Service à tout prix

Hello les gens,

Pour 2018, j’ai décidé de recommencer les strips sur le Japon ! J’aimerais beaucoup revenir à un rythme d’un strip par mois, histoire que vous ne perdiez pas trop le fil.

Le strip ci-dessous introduit l’arrivée de la team Japon dans leur première auberge traditionnelle. Il est à l’origine un épisode inédit disponible dans Primary, mon livret d’illustration. Mais vu qu’il va se passer d’autres épisodes dans cette auberge, je me devais de commencer par le début. Sur ce, bonne lecture !

Publicités


11 Commentaires

Angel et l’addiction des félins

Petit strip bonus pour marquer la rentrée du blog. Question : on me donne le choix entre câliner un chat auquel je suis allergique et un autre auquel je ne le suis pas. Je choisis quoi à votre avis ?

PlancheCKT

Les deux… Effectivement. Va falloir que je trouve des solutions à plus long terme pour arriver à négocier entre mon allergie et mon affection pour les chats. Mais il est déjà intéressant de savoir que je ne suis pas sensible à toutes les races. Plus qu’à aller fourrer mon visage dans différents candidats, peut être que mon foyer finira par s’agrandir un jour. Wait and see…


7 Commentaires

Quand AngelMJ rêve : L’option de facilité

Hello les gens,

Désolé, le blog n’est pas très alimenté en ce moment. Il faut dire que je concentre tous mes efforts sur le fanmade que j’aimerais sortir dans les meilleurs délais. En attendant, je vous ai fait un petit strip. Depuis que mon rythme de vie a changé (j’en parlerais bientôt, promis), j’ai tendance à me souvenir systématiquement de mes rêves. Et certains se révèlent assez cocasses. Je vous en partage un à cette occasion :

Reve1FacileC1 Reve1FacileC2 Reve1FacileC3 Reve1FacileC4 Reve1FacileC5 Reve1FacileC6


14 Commentaires

Spectre 007 : Corps sans âme ?

24 films. La licence James Bond au cinéma totalise à ce jour 24 films. Le célèbre agent secret inventé par l’écrivain Ian FLEMING (oui, James Bond est avant tout un série de romans, que je n’ai pas eu besoin de lire pour apprécier les films, hein le Labyrinthe !! #MéchancetéGratuite) continue de fasciner et nous avons droit cette année à un nouvel opus. Toujours avec Daniel CRAIG dans le rôle de Bond, voici que débarque Spectre qui a la lourde tâche de faire suite à Skyfall qui, même s’il n’avait visiblement pas plu à tout le monde (moi j’avais beaucoup aimé), avait réussi à donner un peu de peps à la série. Donc qu’en est-il ?

Il devient parfois difficile d’exprimer mon avis sur certains films. Tout simplement car tout n’est pas toujours blanc ou noir. Je peux aimer ou détester un film, sans pour autant nier ses qualités et ses défauts intrinsèques. Et avec Spectre, je suis un peu dans cette situation inconfortable. Explications :

Ce nouveau James Bond est, de manière purement objective, un bon film. C’est bien filmé, bien mis en scène, les acteurs sont convaincants et ce que le réalisateur nous propose à écran est loin d’être désagréable à regarder. À commencer par ce fort sympathique plan séquence de plusieurs minutes, nous montrant Bond évoluant en plein Mexico durant la fête des morts. Le film démarre donc sur les chapeaux de roues, mais une fois le générique passé (que j’ai trouvé très sympa, bien que mélanger femmes et tentacules n’était peut être pas de très bon goût selon moi… merci le Japon…), on est surpris par la structure très académique de cette nouvelle aventure.
C’est un problème sans vraiment en être un, mais j’ai trouvé Spectre quelque peu… scolaire. En fait, il respecte à la lettre les codes et les étapes clés d’un film de la licence. C’est bien fait, mais du coup il n’y a pas vraiment de surprise au niveau du déroulement du scénario. La partition est quasi parfaite mais manque selon moi de personnalité.

Pourtant, le spectacle qui nous est offert est de qualité. Les scènes d’actions sont utilisées avec parcimonie, les dialogues contiennent une petite touche d’humour et on apprécie de voir certains personnages un peu plus mis en avant (comme Moneypenny ou Q).

Mais d’une certaine manière, on est en droit de se demander si cet opus n’est pas un peu l’épisode de trop, surtout après Skyfall qui, d’une certaine manière, concluait l’arc Daniel CRAIG (au moins dans les thématiques qu’il abordait et les personnages récurrents). Mais vu que l’acteur s’est engagé pour encore 2 films (dont Spectre justement), on sent comme une sorte d’obligation de continuer une trame qui avait déjà trouvé bon nombre de réponses et de conclusions dans les épisodes précédents. Et sortir la carte de l’organisation secrète tentaculaire qui est finalement derrière tout le bazar m’a paru un peu trop facile et convenu. Ce qui est d’autant plus dommage car les thématiques que cette organisation soulève sont d’actualité et loin d’être dénués de sens.

Du coup, est-ce que je conseille d’aller voir Spectre ? Et bien… en soi oui car ce n’est pas du tout un mauvais film, bien au contraire. C’est une belle production, bien rythmée et bien écrite, et la bouder sur le principe qu’elle est trop classique ne serait pas juste vis-à-vis du travail fourni. Et, je ne le cache pas, j’ai apprécié ce que j’ai vu à l’écran.
Mais en gros, je suis dans cette position délicate où je suis tel un prof à qui le meilleur élève de la classe fournit un travail propre et sans bavure : il n’y a pas de fautes, les lignes sont droites, le contenu répond à tous les critères demandés par l’exercice. Mais la personnalité de l’élève ne ressort pas, c’est scolaire et quelque peu sans âme. Du coup, que faut-il en penser ? Lui dire « c’est bien continue » ? Ou tenter de lui dire que cela ne suffit pas toujours à faire la différence ? Je vous laisse seul juge.

Angel007150


5 Commentaires

Les Aventures d’AngelMJ au Japon : Episode 06 – Arcade, univers impitoyable !

SFIV1 SFIV2 SFIV3 SFIV4

SFIV5

Les Japonais ont la réputation d’être des brutes sur les jeux d’arcade. Et bien je peux vous confirmer que ce n’est pas une légende, et que se faire mettre une véritable branlée (et encore, je suis poli) par un lycéen, ça te fait vite ravaler ta fierté. Comme on dit, c’est jamais agréable la première fois.