L'Atelier d'AngelMJ


Poster un commentaire

La Fille du Mois : Helen Parr/Elastigirl (Les Indestructibles)

À peine ai-je le temps de lever la tête que nous voilà déjà le 31 Décembre. L’année 2017 aura filé à toute allure, enchainant les évènements à une vitesse folle. Le blog a pas mal souffert de mon emploi du temps chargé et je regrette de ne pas l’avoir actualisé plus que cela durant ces derniers mois. Toutefois j’espère rattraper le coup l’année prochaine, avec une reprise régulière des strips sur le Japon, ainsi que Whisper in The Dark sur lequel j’ai officiellement commencé à bosser.

En attendant, je clôture aujourd’hui le casting des Filles du Mois 2017. Je n’avais pas de personnage très spécifique en tête pour ce dernier jour de l’année, donc je vais plutôt faire écho à l’actualité cinématographique et mes derniers re-visionnages.
Tout récemment je suis allé voir Coco au cinéma, dernière production des studios Pixar. Après 2 séances et quelques sanglots (impossible de me retenir, même en connaissant l’intrigue), le film m’a rappelé à quel point j’aime et apprécie la manière dont Pixar raconte ses histoires. Ayant suivi leurs projets depuis le premier Toy Story, il m’est toujours difficile d’avoir un chouchou ou d’établir un classement. Chaque œuvre me parle ou me marque à sa manière et hormis le Voyage d’Arlo et les Cars, elles m’interpellent toutes à différents niveaux.

Et alors que le studio annonce bosser sur une suite de leur film Les Indestructibles, j’ai eu envie de revoir le dit film (fortement encouragé par mon entourage). Et je fus agréablement surpris de voir à quel point il n’a pas pris une ride. Techniquement propre, avec une histoire très sympa et d’excellents personnages, il rappelle tout le savoir-faire du studio d’animation et sa capacité à offrir des récits parlant à la fois aux enfants et aux adultes. Ainsi, pour terminer l’année, j’ai choisi Helen Parr pour être l’égérie de Décembre 2017.

Femme de notre héros bodybuilder, l’ancienne Elastigirl fait partie des personnages les plus intéressants du film et celui qui s’adresse avant tout au public adulte de Pixar. Ses thématiques et problématiques sont en effet très éloignés des soucis des jeunes (mettre de côté sa carrière pro pour la vie de famille, les doutes sur la fidélité de son mari, etc.) et seuls les quelques gags autour de ses pouvoirs amuseront les enfants.
Elle témoigne de l’envie de Pixar de proposer des récits parlant à tous, sans hésiter à aborder des sujets plus sombres. Le tout est fait avec beaucoup de subtilité, si bien que le message sera très bien compris sans être trop abrupte (et c’est d’autant plus vrai lorsque l’on voit certaines scènes coupées).

À côté de cela, Helen fait clairement figure de femme forte, de part ses nombreuses initiatives durant le film, la façon dont elle s’occupe de ses enfants tout en travaillant main dans la main avec son mari. De plus, il lui arrive de faire des erreurs et de les reconnaître, témoignant de son intelligence et de sa capacité à se remettre en question. En gros, un personnage écrit avec beaucoup de sincérité et d’implications qui en font un des piliers de l’histoire.

Donc si vous avez pas eu l’occasion de voir Les Indestructibles, je vous y encourage fortement (ne serait-ce que pour attendre la suite). Même si le film date de 2004, vous serez surpris par sa qualité visuelle, ses personnages haut en couleurs (j’aurai tout aussi bien pu parler d’Edna) et son écriture de grande qualité.

Sur ce, je vous souhaite à tous une très bonne année et à très bientôt!

Publicités


11 Commentaires

Vice-Versa : Boules d’émotions

Haaaaa. Quel plaisir de pouvoir enfin retourner au cinéma. Entre le fanmade et la préparation du stand de Japan Expo, on peut dire que mes soirées furent bien occupées ces derniers mois. J’ai donc pris un peu de temps pour moi (avec un peu de chance, j’en trouverai encore pour rallumer ma console…) et suis retourné me perdre dans les salles obscures. Et histoire de redémarrer les chroniques illustrées dans la joie et la bonne humeur, j’ai choisi de vous parler du dernier Pixar en date, à savoir Vice-Versa (Inside Out).
Ca faisait un petit moment que Pixar n’avait pas réussi à émoustiller mon fanboyisme pour leurs productions d’animation. Faut dire que capitaliser sur la licence Cars et Planes était loin d’être une bonne idée. Mais avec Vice-Versa, on est face à une véritable retour aux sources, et quel retour !

J’ai littéralement adoré ce film. Enfin Pixar revient à ses fondamentaux en proposant une histoire riche avec un univers et des thématiques intéressantes. Car oui, parlons directement de la force du film : Vice-Versa est un film intelligent. Intelligent dans le sens où il parvient, grâce à beaucoup d’imagination et d’inventivité, à nous plonger dans une histoire qui semble banale, mais qui prend une dimension presque épique. Nous allons découvrir ce qui se passe dans la tête d’une adolescente de 11 ans, Riley, alors qu’elle est confrontée à de grands changements dans sa vie. Et il s’en passe des choses dans la tête de la jeune fille.

Citer toutes les bonnes idées de Vice-Versa serait difficile et honnêtement, je préfère vous laisser la surprise de tout découvrir par vous-mêmes. La manière dont les producteurs ont représenté le fonctionnement des émotions, du cerveau et de la mémoire tient presque du génie. J’ai été émerveillé par tant de créativité et j’avais, pendant tout le film, un sourire bien niais sur le visage. C’était presque fascinant de voir autant de bonnes idées dans un seul et même film. Il y a un propos vraiment intelligent, voir même émouvant, dans la manière où chaque chose est symbolisée ou représentée. C’est cohérent, drôle et touchant, ça fonctionne à merveille et on redemande encore et encore.

D’ailleurs, c’est finalement le seul reproche que je ferai au film : avoir un univers d’une telle richesse qu’il est complètement impossible d’en faire le tour en 1h30. Je ne dirai pas que j’ai été frustré en sortant du film, mais le concept m’a tellement fasciné que j’aurais souhaité que cela dure plus longtemps. Plus l’histoire se rapprochait de son dénouement, et plus je sentais qu’il allait être difficile d’accepter l’apparition du générique de fin. Ainsi, un seul sentiment subsiste depuis mon visionnage : je veux le revoir et je veux une suite.

Donc ne passez surtout pas à côté de ce film, ce serait un crime vis-à-vis du travail qui a été réalisé pour donner vie à cet univers. Certains y trouveront peut être des défauts (comme des choix esthétiques douteux ou des personnages secondaires un peu anecdotiques), mais honnêtement, ce serait passer complètement à côté du potentiel et de l’inventivité que cache Vice-Versa. Donc foncez sans aucune hésitation, vous ne serez pas déçus !

AngelFeels

 


10 Commentaires

Les Croods : Le début d’une ère nouvelle?

Plus les films passent et plus je dois me rendre à l’évidence : j’ai beau être fan des studios Pixar, il faut bien admettre que depuis quelques années, les studios Dreamworks ont tendance à proposer des productions toutes aussi bonnes, si ce n’est meilleures. Et ce n’est clairement pas avec Les Croods que la tendance va s’inverser… Bien au contraire!
Pourtant, je suis allé voir le film plus par principe que par envie. Il faut dire que la bande-annonce ne vend pas du rêve et j’ai été particulièrement rebuté par le charadesign assez vilain et le personnage du père qui, d’emblée, s’annonçait chiant et caricatural. Et bien je me suis pris une claque en pleine face, preuve encore qu’il ne faut définitivement jamais se fier à une bande-annonce!

Car je vous le dis sans hésitation : Les Croods est sans doute le meilleur film d’animation que Dreamworks a pu produire à ce jour, rien que ça! Pourquoi me direz-vous? Tout simplement parce que c’est un quasi sans faute sur tous les plans. Commencons par l’aspect visuel du film, un point qui me laissait très perflexe au départ. Certes le charadesign est particulier. Mais quand on voit ce que les créateurs ont réussi à en faire une fois animé, c’est juste hallucinant. La première scène du film en met littéralement plein la vue, et on découvre les premières bonnes idées et prouesses du studio. Elle est également une excellente introduction aux personnages et à leur univers.
Les Croods sont en effet une famille très attachante. Grug, le père que je pensais moralisateur, est finalement un personnage complet et complexe, et qui présente une vraie plus value pour le film. Vient ensuite sa fille, Eep, jeune éprise de liberté et de soif de découverte. Le personnage a un double emploi très équilibré : celui de symboliser la relation père/fille et la relation garçon/fille avec le personnage de Guy. Classique vous trouvez? Dans le fond oui, mais pas du tout dans la forme! Le message, rapidement compréhensible autant pour les adultes que les enfants (qui se reconnaitront soit dans le personnage de Grug, soit dans celui d’Eep), est illustré de manière originale et souvent cocasse, faisant passer la pilule comme du petit lait. Le reste de la famille assure également le spectacle avec différents sketchs faisant toujours mouche, le tout doublé par un casting de rêve (Nicolas CAGE, Ryan REYNOLDS, Emma STONE…).

Mais en plus des personnages, la force du film réside dans le déroulement de son histoire et son environnement. Les terres foulées par la famille préhistorique s’avèrent variées et colorées, à l’image de son bestiaire imaginaire à la fois adorable et effrayant. Sur ce point, les créateurs ont réalisé un travail colossal qui mettrait presque au tapis les créatures inventés dans l’Âge de Glace. Ajoutez que certaines idées d’objets ou de situations ont souvent fait fleurir un large sourire sur mon visage tellement je les ai trouvées géniales et bien trouvées.
Enfin vient le scénario. Et à ma grande surprise, ce dernier s’éloigne assez du « schéma-type » de ce qui se fait dans le domaine du film d’animation. En effet, point ici de quiproquos, de ruptures, de trahison, puis de réconciliation, comme c’est très (très!) souvent le cas. Le film choisit plutôt de calquer sa narration sur celle de roadmovie (ce qu’est finalement le film!) proposant ainsi diverses séquences durant lesquelles les personnages interagissent et évoluent. Au début très drôle et comique, l’histoire prend une tournure plus touchante à l’approche du clap de fin, quitte à multiplier les scènes émouvantes et tirer quelques larmes aux spectateurs se laissant prendre au jeu (je sais qu’au bout de trois scènes, j’ai craqué…). Certains trouveront cela forçé, mais c’est tellement bien géré que l’on se laisse volontairement prendre au jeu et savourer l’ensemble sans la moindre honte.

Vous l’aurez compris : Les Croods m’ont complètement charmé et j’ai passé un excellent moment devant ce film d’animation. Certains vous diront que les thèmes sont déjà vus et le déroulement toujours aussi classique. Mais lorsque c’est bien fait, comme c’est le cas avec cette production, ce serait criminel que de passer à côté. Je n’ai pas eu l’occasion de le voir en 3D mais je compte rattraper cela dès ce week-end! Bref, gros gros coup de coeur que ce film, que j’ai hâte de revoir et de savourer à nouveau. En même temps, quand j’ai appris que le mec derrière le projet était Chris SANDERS (le gars qui a « juste » pondu Mulan, Lilo & Stitch ou encore Dragons, son CV est juste hallucinant), mon appréciation sur ce film est devenu une évidence!

C034-Eep