L'Atelier d'AngelMJ


Poster un commentaire

La Fille du Mois : Ciri (The Witcher 3)

Il y a quelques jours, j’ai terminé The Witcher 3 (oui comme pour Skyrim, je fais toujours mes jeux avec 3-4 ans de retard ; le temps, le travail, toussa). Le jeu mériterait sans doute un article à lui tout seul (et ce serait un bon moyen de redonner un peu de vie à ce blog), mais pour l’heure on va se contenter d’un article dans la catégorie Fille du Mois.

S’il y a bien un truc qui me fascine dans le jeu de CD Projekt Red, c’est sa capacité à te proposer des personnages féminins ultra sexualisés mais qui pour autant ne sont ni des potiches, ni des faire-valoir. Comme quoi il est tout à fait possible de concilier les deux. J’aurais pu vous parler de Triss ou encore de Yennefer (pour qui j’ai complètement craqué, énième exemple qui me fait grandement questionner sur mes goûts en matière de femme un brin castratrice…). Mais c’est finalement mon côté papa poule qui va s’exprimer ici car mon choix s’est porté sur Ciri.
A noter avant d’aller plus loin que je n’ai fait que The Witcher 3, donc ne vous attendez pas à la moindre référence aux précédents jeux ou les romans d’origine.

Ciri est au cœur du récit de ce troisième épisode. Prise pour cible par les principaux antagonistes à cause de son sang ancien, notre but sera de la retrouver en incarnant Geralt. Notre sorceleur est en effet grandement attaché à la jeune femme qu’il considère comme sa propre fille.
Alors ne vous y trompez pas : Ciri n’est pas du tout une demoiselle en détresse. En parallèle des recherches de Geralt, nous serons d’ailleurs en mesure de la contrôler quelques instants au cours du jeu. Et aux vues de ses capacités, c’est visiblement son caractère rebelle qui lui fait défaut car elle a clairement les moyens de se débrouiller toute seule.

De ce fait, il est facile de la caser directement dans la case : je suis un personnage cheaté mais trop immature pour ne pas m’attirer des ennuis. Et en soit… Ciri c’est un peu ça. Mais vu qu’on est dans The Witcher et que l’écriture des personnages est l’une des plus grosses qualités du titre (si ce n’est la plus grosse), autant vous dire que cet aspect quelque peu cliché passe très bien ici.
D’autant que Ciri n’est pas une femme butée. Elle prend très au sérieux les conseils des ses mentors, mais pèche surtout pas son impatience et son refus d’être inactive.

Mais au delà de tout ça, mon attachement à Ciri vient surtout de sa relation avec Geralt. Je ne vous cache pas que je me suis complètement plongé dans l’univers de The Witcher 3 et que j’ai pris l’histoire très à cœur. Ainsi au fur et à mesure que ma progression, le jeu m’a fait pleinement ressentir l’attachement de Geralt vis-à-vis de Ciri et mon désir de la retrouver est devenu aussi fort que celui du sorceleur.
Vous vous doutez bien que lorsque les retrouvailles ont enfin eu lieu, il s’est passé quelque chose en moi. Déjà parce que c’est très bien mis en scène (sans doute ma scène préférée du jeu), mais surtout parce j’ai éprouvé un vrai soulagement (quelque peu exagéré mais sincère) à enfin la savoir en sécurité. Et j’aime quand un jeu parvient à m’impliquer à ce point dans son univers.

Pour tout cela, Ciri méritait bien d’être mise en avant au travers de la Fille du Mois. Sur ce, vous m’excuserez mais j’ai encore quelques quêtes du DLC à finir avant de définitivement laisser Geralt et son univers. On en reparle à l’occasion j’espère…

Publicités


4 Commentaires

La Fille du Début du Mois : Arya Stark (Game of Thrones)

Difficile de passer à côté du phénomène Game of Thrones. Mise sur le devant de la scène grâce à son adaptation TV en 2011, cette série de roman d’héroïc-fantasy a réussi à me séduire grâce à la qualité de son scénario et la justesse de ses différents personnages. J’ai promis de faire un article complet sur le sujet (avec Tyrion en illustration qui avait gagné le vote de popularité sur Facebook) et je m’y attellerai avant que la 5e saison ne démarre (et j’aimerais aussi avancer un peu le 4e tome). Pour l’heure, nous sommes le premier Lundi du mois, on va donc parler d’un personnage féminin. Et parmi toutes les dames mises en avant dans la grande guerre pour le Trône de Fer, celle qui s’attire actuellement mes faveurs est Arya STARK.

Cadette de la fratrie au blason du Loup, j’ai tout de suite adhéré à ce personnage de part son caractère énergique et sa vivacité. Mise en avant autant dans la série TV que dans le roman (où son point de vue est très souvent représenté), la jeune fille est pour moi la représentation vivante de la perte de l’enfance au sein de la guerre. Démarrant noble pour finalement se retrouver en fuite, poursuivie, capturée, battue, séquestrée, puis de nouveau en fuite, puis recapturée, etc…. Les épreuves que va traverser Arya sont aussi multiples que terriblement dramatiques. En effet, la jeune STARK n’a pour ainsi dire pas beaucoup de chance dans le récit de George R.R. MARTIN, et on assiste, non sans une certaine fascination, à la transformation de sa personnalité et de ses actes suite aux événements auxquels elle devra faire face.

J’aime beaucoup Arya car c’est un personnage que l’on aimerait voir heureuse, mais qui se retrouve toujours dans les pires situations malgré elle, et qui doit rapidement s’adapter et grandir, quitte à passer complètement du côté obscur. Son développement psychologique est à la fois triste mais logique, et le roman permet de comprendre le personnage encore plus que la série TV. J’ai donc hâte de découvrir ce qu’il adviendra de la jeune STARK, cette dernière se trouvant désormais seule face à ses démons et son profond désir de vengeance. Mais je doute fort que cela se termine en happy ending. De toute façon, dans Game of Thrones, on est jamais sûr de rien…

AryaStarkF

Ha… On me signale que je triche un peu vu que j’ai choisi un personnage féminin qui se fait passer pour un garçon. Certes… Mais mon deuxième personnage féminin préférée de la série est Brienne. Donc bon, ça n’aurait pas changé grand chose XD


18 Commentaires

Le Hobbit – la Bataille des Cinq Armées : Trilogie boursouflé

Avant d’entrer pleinement dans le cru Cinéma 2015, je ne peux m’empêcher de revenir sur un des derniers films que j’ai vu au cours du précédent mois de Décembre, à savoir Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées. Chapitre final d’une trilogie démarrée en 2012 et prequel de la fabuleuse épopée Le Seigneur des Anneaux, c’est le gros blockbuster qui a dû bien jouer des coudes pour faire le maximum d’entrées durant la période de Noël. À l’heure où j’écris ces lignes, je pense que bon nombre d’entre vous ont déjà vu le film donc un avis supplémentaire et si tardif doit paraître un peu inutile. Pourtant, je me devais d’en parler, car ce 3e Hobbit représente pour moi ce que je souhaiterais ne plus voir au cinéma en 2015.

Le soucis principal que j’ai avec ce film n’est pas du tout un problème de forme, mais bien un problème de fond. Car techniquement parlant, je pense que ce serait vraiment faire preuve de mauvaise foi que de lui faire le moindre reproche à ce niveau. Que ce soit les décors, les costumes, les effets spéciaux, le bestiaire, etc. l’univers de Tolkien est toujours magnifiquement représenté. On y croit, on est dedans, tout paraît très crédible et à aucun moment nous ne sommes sortis du récit suite à un aspect technique mal foutu. Par contre, on ne manque pas d’en être violemment expulsé face aux nombreuses situations complètement téléphonées que le film enchaîne avec un culot presque trollesque.
Car toute cette imagerie numérique ne peut cacher les faiblesses d’un scénario tellement restreint que les producteurs se sont sentis obligés de combler les 20 premières minutes avec un passage qui aurait, selon moi, dû avoir sa place à la fin du deuxième film. En effet, ce troisième opus n’est qu’une scène de bataille de 2 heures, durant laquelle le spectateur va être assailli de situations d’une convenance absolument terrifiante. En faire la liste serait à la fois fastidieux et inintéressant (et d’autres l’ont déjà fait avant moi), mais comprenez que je trouve assez problématique d’avoir vu le film une seule fois et de réussir à me souvenir de toutes ses erreurs avec tant de facilité.

Comprenez bien que je ne suis pourtant pas allé voir le film pour le casser, bien au contraire. J’aime énormément la première trilogie et même si je n’ai pas trop accroché aux deux premiers films du Hobbit (surtout le deuxième), j’espérais au moins passer un bon moment devant ce dernier épisode. Mais comment parvenir à passer un bon moment quand une production de ce niveau ne cherche même pas à me surprendre et qui même le culot d’être tellement convenue que cela en devient presque insultant? Oui, je trouve insultant en 2014 de proposer un film d’héroïc-fantasy (et encore, je n’ai pas osé voir Le Septième Fils…) avec son lot de raccourcis scénaristiques (je parie qu’ils en gardent un peu pour la version longue…), ses personnages caricaturaux aux dialogues insipides, son histoire d’amour téléphoné (bon sang, mais sérieux quoi!), ses incohérences de temps et d’espace (les personnages se déplacent étrangement vite d’un point A à un point B)… Plein d’éléments qui, mis bout à bout, rende le film particulièrement disgracieux et on hésite à en rire ou à en pleurer (personnellement j’ai choisi la première option). A ce stade, même voir Legolas se la jouer Super Mario ne me surprend même plus.
Et le tout s’achève avec le Deus ex Machina officiel de La Terre du Milieu (les aigles, encore et toujours…) qui en deviendrait presque un running-gag. D’ailleurs, la conclusion est tellement expédiée qu’on se demande si Peter JACKSON n’en avait pas lui aussi un peu marre de son histoire…

Ainsi, Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées est pour moi le résultat d’un cinéma de divertissement qui ne cherche même plus à surprendre ou à proposer de la nouveauté (un peu à l’image du jeu vidéo actuel, mais c’est un autre sujet…). En gros, il se contente simplement d’appliquer les codes de son genre et de son média, à la limite du cliché et de la caricature, en misant principalement sur son aspect technique et visuel. Ce qui devait donc être une nouvelle trilogie épique et marquante n’est finalement pour moi qu’un produit marketing bien joli et bien orchestré, mais qui n’apporte finalement rien à son genre, ni à l’univers dont il est l’introduction. En bref, c’est loin d’être mauvais mais c’est tristement dispensable et qui y a t’il de pire pour une production que d’être dispensable?

AfficheAigles