L'Atelier d'AngelMJ


4 Commentaires

Batman AC : Nightwing et Robin DLC

Ayant terminé le DLC d’Harley Quinn, j’avais envie de prolonger mon expérience sur Batman : Arkham City (et aussi parce que j’aime finir un jeu à 100%… Oui, je suis faible :p). J’ai donc remis la main à la poche et me suis procuré les DLC des personnages de Robin et de Nightwing.

Ici, on nous propose seulement de diriger les deux nouveaux personnages sur les cartes de défis de Batman (plus quelques inédites…) : les défis Combat où l’on affronte des vagues d’ennemis afin d’atteindre le meilleur score, et des défis Prédateur où il faut éliminer des ennemis dans une pièce selon différentes conditions. Les habitués de la saga Batman seront donc familiarisés avec ces fameux défis qui peuvent par moment donner du fil à retordre, surtout les défis Prédateur.

Pourtant, ayant déjà fait les défis de Batman et Catwoman par le passé, les réaliser en incarnant les 2 Robins s’est avéré plutôt fun, plus particulièrement avec Nightwing que j’ai trouvé très équilibré en combat (fort et rapide) et disposant des meilleurs gadgets pour les défis Prédateur. La tâche s’est donc révélée beaucoup moins ardue qu’avec les personnages d’origine, rendant l’obtention de toutes les médailles de l’Homme mystère moins frustrante!
Alors certes, c’est vraiment cher payé pour ce que c’est et je déconseille ces 2 DLC à tous ceux qui ont du mal avec les défis des jeux Batman. Mais pour ma part, le quota de divertissement est pleinement rempli, les deux personnages proposant des situations assez différentes pour renouveler l’intérêt. Mais ça reste du contenu purement facultatif, bien plus que le DLC d’Harley Quinn que je conseille vivement.

Comme j’ai déjà dessiné Robin la dernière fois , j’ai choisi pour le coup d’illustrer l’article avec Nightwing. Pour être honnête, je ne connais pas du tout ce personnage. Et pour être encore plus honnête, je n’aime pas du tout son design dans Arkham City! Pour preuve : j’ai uniquement joué les défis avec le skin de la version du dessin animé. Du coup, j’ai parcouru Google pour voir si le personnage disposé d’autres apparences physiques (assez récurrent dans les comics…). J’ai donc pu mettre la main sur un Nightwing plutôt fin et élancé et je m’en suis servi de modèle (parce qu’à part ça, c’était que des versions supra musclées et je suis vraiment pas fan!).
J’ai voulu retenté une colorisation sans encrage, histoire de ne pas rester sur le semi-échec d’Hawkeye. Ce n’est pas encore ça, mais il y a de l’amélioration! En tout cas, cela m’aura permis de découvrir comment faire des éclairs sous Photoshop ^^


3 Commentaires

Sous la pluie : Shinobu Maehara

Aujourd’hui c’est l’été! Donc j’espère que ce dernier va nous faire oublier l’abominable printemps auquel nous avons eu droit cette année. Pour la peine, je compte refaire la bannière du blog. Au programme : soleil, plage, océan… Vous voyez le topo!

Mais comme je n’aurai pas le temps de faire ça avant ce week-end (je prépare un mariage pour la semaine prochaine et ça me prend pas mal de temps libre), je vous propose à la place un petit dessin.
J’ai commencé à réaliser le fond pendant mon cours des Beaux Arts d’hier soir et je me suis dit que ce serait dommage de ne pas l’exploiter (j’ai découvert cet effet « pluie » pendant le concours Blue Art). En le confectionnant, il m’a fait penser à une scène dans le manga Love Hina (mon premier manga, on ne rigole pas!) où l’on voit un des personnages, Shinobu, marchait sous son parapluie.

Cela donne le résultat ci dessous. J’ai un peu galéré avec le parapluie (c’est pas si simple à faire que ça…) donc soyez indulgents. J’espère que mes prochains dessins laisseront place au soleil et que l’on entendra plus parler de cette fichue pluie! On croise les doigts!!


5 Commentaires

Batman DLC : Je ne reconnais plus personne qu’en Harley…

Batman Arkham City est pour moi l’excellente surprise de Noël 2011. J’ai passé beaucoup de temps sur ma Playstation 3 à cause de lui pour le finir à fond, et je ne cacherais pas qui j’y ai pris beaucoup de plaisir!
Alors forcément, quand l’information a filtré qu’un DLC solo était en cours de réalisation, on peut dire que j’étais aux aguets. Sorti ce mercredi pour 7.99 € (attention on sert les fesses!), je l’ai téléchargé dès mon retour du boulot et l’ai savouré jusqu’à hier soir.

Mentionnons directement le point négatif : c’est très court (3 heures grand maximum) pour le prix que ça coûte (même s’il est 2 € moins cher qu’annoncé…). Ce n’est pas avec ce genre de rapport quantité/prix que les anti-DLCs vont cessés de geindre sur les forums de jeux-vidéos.

Par contre, en terme de qualité, ce DLC est très agréable à parcourir. Aux rangs des points positifs, le principal est d’incarner la moitié de l’aventure Robin, personnage accessible uniquement pour les défis combats normalement (en DLC également…). Et on peut dire que cela fait plaisir de manier un nouveau personnage qui possède ses propres coups, son propre style de combat, son propre rythme… Robin ne se joue pas du tout comme Batman (ni comme Catwoman) et il faudra trouver de nouveaux pas de danse pour botter les fesses des sbires d’Harley Quinn (oubliez par exemple la raclée de Batman, avec Robin c’est plus délicat à placer).
Et Harley Quinn, parlons en. Elle est la raison de ce DLC qui nous propose donc de découvrir ce qui lui arrive après la fin de la trame principale. Ne vous attendez pas à un combat épique, mais la demoiselle légèrement cinglée et très légèrement vêtue vous en fera tout de même voir. Elle s’offre pour le coup un nouveau look bien gothique et macabre.

En terme de jeu, ce court scénario additionnel a au moins le mérite de proposer des séquences de jeu variées bien que peu inédites pour qui a déjà parcouru l’aventure principale. Recherche de codes, désamorçage de bombes, chasse aux ballons  bien cachés dans les décors… Bref, même si cela ne dure pas longtemps, le plaisir de jeu est bien là et on ne peut clairement pas reprocher cela à ce DLC.

Pour résumer, je me suis bien amusé à replonger dans la ville d’Arkham City et son niveau inédit. Manier Robin est un vrai plaisir et on apprécie de parcourir cette petite aventure avec lui et Batman. Bref, le seul frein à mon plaisir fut les 8 € que j’ai dû craché pour faire l’acquisition du DLC. Donc si vous possédez déjà le jeu et que vous cherchez une bonne occasion de remettre la galette dans votre PS3, je conseille quand même l’acquisition de ce scénario supplémentaire. Pour les autres, patientez gentiment l’édition Game Of The Year qui sort à la fin de l’année, contenant tous les DLC.


2 Commentaires

Dennō Coil : Réalité très augmentée!

Sortie en 2007 au Japon, la série TV Denno Coil est un anime plutôt atypique. Composée de 26 épisodes, elle nous raconte les aventures de jeunes enfants, vivants dans un futur proche où des lunettes informatiques permettent de voir un monde virtuel parallèle à celui du monde réel.

J’avais commencé cette série à l’époque de sa sortie, puis abandonnée à l’épisode 3. Puis j’ai réessayé un an plus tard… et abandonné à l’épisode 7. Ce n’est donc que cette année, profitant de mon regain d’intérêt pour l’animation japonaise, que j’ai enfin pu regarder l’intégrale de cette excellente série.

Je trouve vraiment dommage qu’aucun éditeur en France n’est encore pris l’initiative de licencier cet anime. Car il comporte bon nombre de qualités : univers riche, personnages intéressants, scénario qui se tient jusqu’à la fin (fait rare en animation japonaise!) et surtout une direction artistique de grande qualité, que ce soit en terme de décors, de charadesign ou de musique (les génériques sont sublimes!).
Je suis bien rentré dans l’histoire. On commence par découvrir l’univers et ses codes au travers des jeux des enfants. Puis l’histoire prend une tournure plus sérieuse (voir dramatique) afin de traiter des thèmes forts. J’ai été d’ailleurs surpris par la maturité des personnages, pourtant très jeunes (il s’agit de collégiens), qui portent à eux seuls une histoire amenant des réflexions plutôt intéressantes sur la mort ou l’éternel combat virtuel/réel.

Un bon moment passé devant mon écran donc. Une série à classer parmi les meilleures du studio Madhouse.

Pour illustrer tout ça, j’ai choisi de dessiner le chien Densuke. Il s’agit du familier virtuel de l’héroïne, qui évolue uniquement dans le monde numérique (en gros, il faut porter les fameuses lunettes pour le voir). J’ai craqué tout de suite pour cette charmante bestiole. On ne peut pas dire qu’il soit mignon de primer abord, mais ses mimiques, sa gestuelle et ses aboiements le rendent très rapidement attachant. Je suis assez content du rendu des couleurs.