L'Atelier d'AngelMJ


17 Commentaires

Geek Faëries 2015 : Festival de rencontres

Hello tout le monde!

Me voici de retour du festival Geek Faëries qui se sont déroulés ce week-end au château de Selles-sur-Cher. Je n’irai pas par 4 chemins en disant que c’est tout simplement la meilleure convention que j’ai fait jusqu’à présent, car hormis un gros coup de soleil dans le cou, cela n’a été que du bonheur.

Pour commencer, vous avez été nombreux à m’aborder durant le festival pour discuter un peu, prendre des photos, faire quelques dédicaces, etc. Cela m’a vraiment fait plaisir de vous rencontrer et d’échanger avec vous. Il est très important pour moi d’avoir vos retours de vive-voix sur mon travail, et de pouvoir coller des visages sur des pseudos (même si je n’ai pas pu tout retenir, ma mémoire de poisson rouge me fait toujours défaut). Merci aussi pour vos petites attentions, au travers de dessins et autres cadeaux en tout genre, j’y suis vraiment sensible. J’espère vous recroiser à mon stand à Japan Expo (j’en reparlerai bientôt) début Juillet.
J’ai été aussi surpris de voir qu’une grande partie du staff connaissait mon travail. Visiblement, Internet est petit (ou alors je suis complètement à la masse vis-à-vis de ma notoriété sur la toile, ce qui ne m’étonnerait pas vu ma naïveté persistante…).

De mon côté, ce fut un peu Noël avant l’heure. Je savais que Geek Faëries était une super occasion de croiser les nombreuses personnes dont j’admire le travail (merci encore à Chachou Panda de m’avoir motivé à y aller). Mais je ne m’attendais pas à être aussi gâté.
Que ce soit aux stand de dédicaces ou au détour des allées naturelles qui composaient le parc du château, les rencontres s’enchaînèrent pour mon plus grand bonheur. J’ai ainsi pu bavarder un long moment avec Ginger Force, ai pu saluer l’adorable Ana D. qui m’a inondé de bisous, partagé avec Yéyé Liquini, fait la connaissance de l’Odieux Connard, rencontrer Stéphanie Radavidson (qui m’a fait un fanart mega BG!) et discuter une bonne partie de la nocturne avec Antoine McFly… Bref, chaque parcelle du festival était l’occasion de multiples d’échanges, et ça, j’adore littéralement!

Puis vint le moment de rencontrer les vidéastes plus connus, ceux qui sont désormais derrière les stands de dédicaces et qui me délectent de leurs créations en tout genre. A cette occasion, j’avais réalisé (un peu à la va-vite, je l’avoue), une sorte de grille Bingo sous forme de Pokédex pour recueillir leurs signatures et leur laisser un petit souvenir. Cette modeste réalisation a visiblement plu à une grande partie d’entre eux, ainsi qu’aux personnes à qui j’ai pu la présenter. Et cerise sur le gâteau, j’ai réussi à obtenir toutes les signatures que je souhaitais et laissé un petit carton individuel à chacun d’entre eux. Ô joie!

Je vous propose donc de découvrir les fameuses cartes, et vous expliquer un peu ma démarche. Bonne lecture!

001-Fred 002-Seb

On commence par Fred et Seb du Joueur du Grenier. Oui, on attaque directement avec du lourd. JDG, c’est un peu le début de mon amour pour le travail des vidéastes, tout genre confondu. La plus vieille chaîne que je suis sur YouTube, des heures de fous rires avec les amis, et sans doute le duo de vidéastes pour qui j’ai encore aujourd’hui une grande sympathie. Quand j’ai pu discuter un peu avec eux, c’était un peu le 14 Juillet dans ma tête. Fred et Seb, c’est juste 1,90m de gentillesse et d’accessibilité, des mecs qui ont su rester simples et proches de leur public. Un vrai bonheur.

Pour leurs types et description, j’ai imaginé Fred comme un « starter », avec le type COMBAT pour ses grosses colères et PLANTE pour son indémodable chemise à feuilles de palmier. Quant à Seb, j’ai choisi TENEBRES (Metal oblige), ainsi que ROCHE pour son assurance et son soutien technique depuis le début de l’émission, même s’il n’était pas toujours présent à l’écran (et j’ai toujours beaucoup aimé ses interventions).

003-Mathieu

Suis-je obligé de parler encore de Mathieu SOMMET? A part redire inlassablement que c’est pour moi le vidéaste avec le plus de potentiel créatif et celui dont le travail et la personnalité me touche le plus, je ne ferai que paraphraser. Cela m’a fait super plaisir de le revoir et de discuter avec lui. Hâte de remettre ça.

Pour ses types, c’était tout désigné : FEU pour le phénix du début de la saison 5 et DRAGON… parce que DRAGON c’est cool et que je mets DRAGON à mon préféré (oui, c’est subjectif et oui, je fais ce que je veux °^°).

004-Francois

François THEUREL, ou la personnification de la classe. Sans doute le vidéaste que j’avais le plus envie de rencontrer à ce festival. J’ai donc foncé directement à son stand à mon arrivée. On a pu échanger un peu autour du cinéma (en commençant par Zardoz, of course), jusqu’à ce qu’un staff nous fasse signe qu’on était trop long et que l’on bloquait la fil d’attente… Snif. François, sache que je vais te traquer à chaque festival où tu seras, parler avec toi est beaucoup trop appréciable.

Les types ACIER et SOL étaient évidents le concernant. ACIER pour rappeler Pupuce la pelle, et SOL pour le métier de Fossoyeur.

005-Bruce

Voici mon coup de coeur du festival. Le créateur d’e-penser m’a surpris par son accessibilité et son enthousiasme naturel. Croisé par pur hasard dans le parc, les quelques échanges que nous avons eu étaient vraiment extras. Je parlerai plus en détails de son travail lors d’un article car ça vaut vraiment le coup de mettre en avant un vidéaste de cette qualité, que ce soit au niveau technique ou humain.

Le type PSY était à la base une gentille vanne sur ses multiples apparitions dans les vidéos d’autres vidéastes. Pourtant, c’est clairement la fiche qui a eu le plus de succès auprès de ses confrères, ainsi qu’auprès de l’intéressé. Et GLACE pour la couleur de ses yeux (parce que là c’est plus bleu, c’est iceberg).

006-Patrick

Je ne connaissais Axolot que de nom, mais j’ai vraiment eu un coup de coeur pour le vidéaste suite à sa conférence à NeoCast. J’aime beaucoup son univers, ainsi que les thématiques qu’il aborde. Et puis sa voix. Putain, sa voix quoi! Bref, un créateur de contenus vraiment unique auquel il faut s’intéresser. Moi de mon côté, faut que j’arrive à mettre la main sur les BD…

Les types furent assez faciles à trouver : EAU pour l’axolot (forcément), et j’ai choisi FEE pour l’aspect étrange et mystérieux dont il est question dans ses vidéos.

007-Alexis

J’avais déjà croisé le fameux LinksTheSun à Japan Party en Avril, mais c’est toujours un plaisir de le revoir et de l’entendre sortir 20 conneries à la seconde (oui, Links me fait rire, désolé). Grand amateur de Pokémon, ma grille Bingo l’a visiblement très intéressé. Sa séance de dédicace à plusieurs a donné lieu à des échanges très intéressants et c’est dommage que l’on est pas pu aller un peu plus loin.

Lui attribuer des types fut compliqué, ne sachant pas trop qu’elles étaient ses préférences en la matière. J’ai donc opté pour un duo POISON et SPECTRE (TENEBRES étant déjà attribué à Seb), histoire de mettre en avant le côté acerbe de ses propos. Et accessoirement, cela fait de lui un Ectoplasma (soit un des Pokémon les plus cool de toute la franchise). Je lui devais bien ça vu la qualité de ses récents travaux.

008-Antoine

Et on termine par le vidéaste a qui j’ai donné sans hésitation le titre de « Youtuber Légendaire », à savoir Antoine DANIEL. Il me faudra bien un article entier pour parler de son travail parce qu’il y a beaucoup de chose en dire. Sachez seulement que c’est le vidéaste pour qui j’ai le plus de respect. Tout simplement.

Ses types n’ont pas été choisi au hasard. Si ELECTRIK fait référence à l’énergie de son personnage dans What The Cut!, le type NORMAL m’est apparu comme une évidence le concernant. Car malgré tout ce qui lui arrive, il garde un recul, une humilité et une accessibilité dont il faut faire les louanges. Et ça… c’est beau!

 

Publicités


9 Commentaires

Angoulême 2015 : L’Ombre de Charlie

Fin Janvier a eu lieu (comme à chaque fois à la fin Janvier) le 42e Festival de la BD d’Angoulême. Et depuis 4 ans maintenant, je me rends à ce festival afin de découvrir de nouveaux auteurs, voir des expos, suivre des conférences, et passer de bons moments avec des amis avec lesquels ce rassemblement est devenu une occasion immanquable de se revoir. Cette année fut toutefois un peu particulière en terme d’ambiance, bien que j’en retire plus de positif que de négatif.

Je me demandais l’impact qu’allait avoir les événements du début du mois sur le Festival, et le constat fut assez proche de ce à quoi je m’attendais : des policiers à chaque coin de rue, des affiches de Charlie Hebdo collées partout sur les murs (ce qui m’a permis de me rappeler pourquoi je n’adhère pas des masses à la ligne éditoriale de ce journal ^^’), du « Je suis Charlie » jusqu’à l’overdose et surtout des contrôles à l’entrée de chaque pavillon ou exposition. De plus, et c’était le plus flagrant, il y avait beaucoup moins de monde que les années précédentes (on pouvait déambuler dans les pavillons plus aisément que d’habitude, même le Samedi) et certains éditeurs étaient aux abonnés absents (comme Ankama). Cela n’a pas empêché les fils d’attentes d’être toujours présentes, les contrôles ralentissant fortement les flux d’entrées (heureusement, j’avais un coupe fil, merci le badge Pro!).
Bref, l’ombre des attentats planée sur le Festival. Pas oppressante certes, mais présente tout de même. Mais cela ne m’a pas du tout empêché d’apprécier mon week-end, bien qu’il fut plus court que d’habitude (d’ordinaire, j’essaie d’être là 3 jours).

Commençons par les expositions. De nombreux auteurs et personnages étaient à l’honneur cette année et dans tous les registres. Que ce soit en BD avec Calvin & Hobbes, en comics avec Jack KIRBY (à qui ont doit beaucoup de super héros) ou encore en manga avec Jirô TANIGUCHI (qui été présent au festival), il y en avait pour tous les goûts et tous les styles. Il est d’ailleurs appréciable de voir que le festival commence peu à peu à trouver un équilibre au niveau des genres, le manga et le comics ne semblant plus être considérés comme les bêtes curieuses du 8e Art (bien que le manga reste toujours le grand absent sur les stands des éditeurs, comme chez GLENAT où le coin manga faisait peine à voir…).

Quant aux conférences, celles que j’ai pu suivre se sont révélées vraiment intéressantes. J’ai pu participer à celle des éditeurs CASTERMAN et KANA où il était question de l’adaptation des mangas en France (avec deux écoles d’adaptions qui s’affrontent). Puis j’ai suivi une nouvelle conférence sur le thème de la censure dans les comics, mais cette fois en France (l’année dernière, c’était aux Etat-Unis). J’avoue avoir bien rigolé à cette dernière lorsque l’on voit jusqu’où la censure pouvait aller (genre virer les masques des super-héros car c’est « un incitation au mensonge »…) et c’est là que tu te rends compte qu’à l’heure d’aujourd’hui, on est quand même moins coincé du cul. Puis j’ai clôturé avec une conférence sur Rumiko TAKAHASHI, la mangaka à qui l’on doit les séries comme Lamu, Juliette Je T’aime (Maison Ikkoku) ou Ranma 1/2.
Alors certes, j’aurai voulu assister à plus mais il est toujours compliqué de maximiser son temps sur seulement un week-end, surtout lorsque les conférences sont dispatchées aux quatre coins de la ville. J’espère que je pourrais revenir à une formule de 3 jours d’ici l’année prochaine.

Enfin niveau achats, j’ai été beaucoup plus sage que l’année dernière. Très peu de nouveautés ont attiré mon attention, donc j’ai surtout profité de l’occasion pour compléter mes collections en cours, et aussi fait quelques affaires (genre 11 tomes de Fullmetal Alchemist à 30€ °^°). Bien que la baisse de fréquentation permettait d’y voir un peu plus clair dans les rayons, j’ai trouvé dommage que les éditeurs continuent à mettre continuellement les mêmes titres en avant. Du coup niveau dédicace, c’était pas non plus la fête du slip, le seul auteur que j’aurais souhaité voir étant celui de The Walking Dead. Mais c’était juste le Vendredi. Donc tant pis…

En bref, un festival très riche et très diversifié cette année. Malgré l’ambiance un peu à part, cela ne m’a pas empêché de déambuler dans les rues de la petite ville d’Angoulême et de repartir avec des souvenirs pleins la tête. Je vous laisse avec une petite anecdote qui m’a beaucoup amusé : deux amies qui m’accompagnaient ont absolument tenu à avoir une dédicace de Junji ITÔ, un mangaka qui s’illustre principalement dans le registre de l’horreur. Leur demande fut donc pour le coup assez paradoxal… ^^’

JunjiITO

 

PS : Si vous voulez un article encore plus complet, mes confrères du site Anime-Kun, avec qui j’ai fait le festival, ont rédigé un papier que vous pouvez lire ici.