L'Atelier d'AngelMJ


1 commentaire

Avengers : Cocktail gagnant

J’avoue, j’ai un péché mignon niveau cinéma : c’est les films de super héros. Et on peut dire que depuis l’annonce d’Avengers à la fin du générique de Captain America, j’étais excité comme un gamin à l’idée de pouvoir poser mon regard de fanboy sur la dernière production cinématographique de Marvel. Et ce que j’ai été déçu? Bien sûr que non!

Déjà, il y avait pas vraiment matière à se viander : Iron Man, Captain America et dans une moindre mesure Thor, sont tous d’excellents films dans leur catégorie. Donc réunir tous les héros des dits films, plus quelques petits « nouveaux », cela ne pouvait donner qu’un bon film… ou une énorme daube! Mais rassurez-vous, Avengers appartient bien à la première catégorie et remplit à merveille son cahier des charges : histoire sympathique, personnages charismatiques, de bonnes scènes d’actions et de bons effets spéciaux, de l’humour… Bref, le fan du genre ne peut qu’être comblé.

Mon seul et unique reproche concernera uniquement le démarrage du film que je trouve un peu poussif, mais pour le reste c’est un vrai délice! Et la 3D n’est pas trop mal en plus! Du coup, je ne me prive pas vu que j’en suis déjà à 2 séances pour ce film, et pourquoi une troisième tiens? C’est pas comme s’il y avait autre chose à voir…

Pour l’illustration, et bien… Je crois que je me suis embarqué dans un trop gros projet. J’avais voulu faire un dessin sans encrage comme mon dernier Sonic, mais je me suis visiblement un peu surestimé! Mais vu que j’y ai passé 3 soirs dessus, je vous le présente quand même. Ce n’est pas ma plus belle réalisation mais je ne vais pas la renier pour autant.
Parmi toute la panoplie de héros d’Avengers, mon choix s’est porté sur Hawkeye. D’une parce que j’aime beaucoup Jeremy RENNER, et que deux parce que les archers c’est juste la classe incarnée! Mais j’ai un peu hésité avec Black Widow parce que… Scarlett quoi… ^^’

 


3 Commentaires

Dépression et Des Potes : Personne…?

En terme de cinéma, le mois de Mai est placé sous le signe de la dèche. Deux semaines que je me force à me rendre dans les salles obscures pour rentabiliser Mon Pass, c’est vous dire la qualité de ce qui est projeté en ce moment! Après 10 minutes de contemplation sur le panneau des diffusions, mon choix de ce Vendredi 11 Mai 2012 s’est porté (malheureusement) sur la comédie française Dépression et Des Potes.

J’arrive. Salle entièrement vide. Mauvais signe… Le film commence et c’est parti pour 1h30 d’ennui. Il faut comprendre que moi, comme déjà dit, j’attends pas grand chose d’une comédie si ce n’est de me faire rire, au moins un petit peu. Mais là, rien! Pas même un sourire n’a esquissé mon visage durant toute la projection.
Le problème du film c’est que, malgré une thématique qui aurait pu mener à de bonnes idées, ne propose rien de nouveau ou le fait très mal. Les dialogues sont médiocres, les situations pas drôles pour un sous, les acteurs en deviennent presque énervants et le scénario est sans queue ni tête… Bref, vous comprenez dès le premières minutes que vous allez passer un mauvais moment et regretter déjà de ne pas avoir d’aller voir autre chose…

Mais peut être que je suis devenu difficile en terme de comédie vu qu’une autre spectatrice semble avoir aimé. Ha oui! J’ai oublié de vous préciser qu’après 10 minutes de projection, un couple s’est pointé pour me rejoindre dans mon calvaire. La gourdasse jeune fille a gentiment fait remarqué à haute voix à son partenaire qu’il n’y avait « personne » dans la salle (merci pour moi…) et à donc fait comme à la maison : elle a jacassait pendant tout le film. Déjà que j’avais du mal à me focaliser sur le film, mais avec quelqu’un qui commente tout 5 sièges plus loin, on ne peut pas dire que ça aide…

Les gens, soyez gentils : au cinéma, fermez la!


2 Commentaires

Sans Issue… Et surtout Sans Intérêt!

Cette première semaine du mois de Mai 2012 n’a pas été à la hauteur de la semaine précédente en terme de sorties cinéma… Pas mal de film pourtant, mais entre les comédies peu inspirées et le film d’horreur, on ne peut pas dire que j’ai trouvé mon bonheur. Il y avait juste, en plein milieu, Sans Issue, un film visiblement tourné Action avec Henri CAVILL (dont je me suis bien moqué durant Les Immortels), mais surtout Sigourney WEAVER et Bruce WILLIS.

Malheureusement, le casting ne parvient pas à insuffler le moindre intérêt à ce film. Sans Issue est l’exemple parfait à ne pas suivre : c’est complètement décousu, incohérent, sans âme, sans accroche, sans humour… Même les scènes d’actions semblent durer des heures et ne jamais prendre fin! Pourtant le film ne souffre d’aucun temps mort, mais où et l’intérêt d’enchaîner à toute allure des scènes spectaculaires si rien ne les justifie, si ce n’est le genre du film?
Il en ressort finalement une mixture informe et disgracieuse, à peine divertissante et qui nous propose du cinéma bas de gamme, juste bon à passer le Dimanche après-midi sur M6… En gros : c’est naze!

Bref, j’avais déjà trouvé Sécurité Rapprochée hyper médiocre car très (trop!) classique, mais Sans Issue réussit malgré tout à faire pire! Et la preuve que même les acteurs savaient que ça sentait le sapin : Bruce WILLIS, pourtant à l’affiche, disparait au bout de 20 minutes de film pour laisser Henri CAVILL et Sigourney WEAVER dans la merde, ces derniers devant eux aller jusqu’au bout de l’aventure. Pas cool Bruce… Pas cool!

NOTA : Cette BD contenait normalement 2 cases mais Photoshop a choisi de planter en plein milieu de mon travail. Deux heures de boulot fichu à la poubelle (j’ai pas eu le courage de recommencer…).


Poster un commentaire

Sonic CD : Nom de Zeus!

Comme vous aviez pu le découvrir ici, j’ai hésité à prendre Sonic CD sur le PSN pour des raisons plutôt obscures… Le fin mot de l’histoire c’est que j’ai finalement pris le jeu et que je ne le regrette absolument pas!

Plutôt fan des épisodes 2D de Sonic, j’ai été ravi de retrouver la prise en main du premier épisode sorti sur Mega Drive. Le hérisson se manie bien, possède 2 types de turbo et fonce toujours à fond les ballons.
Au niveau de la forme, on dirait un Sonic 1.5 (j’aime pas trop ce genre de terme mais ça parle à certains) : 3 zones par mondes, toujours les mêmes objets, le même « style » de monde. Bref, Sonic CD a, à ce niveau, un arrière goût de suite facile…

Pourtant j’ai vraiment été surpris par la fond du jeu. En fait, l’ensemble est structuré de manière à ce que le joueur ait le choix entre foncer toujours tout droit et aboutir à une « mauvaise fin », ou alors prendre le temps de parcourir les gigantesques niveaux à la recherche des panneaux de temps afin de voyager dans le passé et le futur, et ainsi mettre un terme aux installations du Dr. Eggman et de son acolyte Metal Sonic.
Le principe du voyage dans le temps est vraiment très agréable. On peut ainsi visiter un même niveau au présent, passé et dans deux versions de futur différentes, en fonction de vos actions dans le passé. Bref, ce Sonic m’a paru vraiment complet et le rend de ce fait très amusant à parcourir.

Pour conclure, je dirais que je regrette d’avoir tant hésité à faire l’acquisition de ce jeu. Très agréable à jouer, très joli avec des musiques très sympathiques (j’ai une petite préférence pour la version japonaise…) et univers riche et complet. Si je reste un grand fan du premier épisode, Sonic CD arrive juste derrière le jeu éponyme, surpassant selon moi les secondes aventures du hérisson bleu (j’aime moyennement Sonic 2…).

Quant à l’illustration, je dois dire que je suis assez fier de moi. Je sais pas ce qui s’est passé, j’ai du prendre un dopant sans le savoir, mais je trouve ce dernier dessin particulièrement réussi! J’espère continuer à m’améliorer ainsi!