L'Atelier d'AngelMJ

Hôtel Transylvanie : Dracula est ringuard… Et moi aussi!

7 Commentaires

Profitant d’un trou dans le planning et grands studios d’animation (Dreamworks, Disney, Pixar, etc.) et avant de lancer impunément un deuxième film sur les Schtroumpfs (comme si une fois ça n’avait pas suffit…), Sony Pictures Animation propose en salle Hôtel Transylvanie, un film qui raconte comment Dracula et ses homologues monstres en tout genre, ont fini par vivre reclus dans un hôtel, terrorisés à l’idée d’être confrontés aux humains qui, bien sûr, ne souhaitent que leur perte.

Allons droit au but : si le spectacle est divertissant, le film surprend par son manque évident d’ambition. On est face à un produit d’une banalité affligeante et ce à tous les niveaux. Techniquement, le film est joli mais ne possède aucune âme, ni aucun caractéristique particulière (c’est d’autant plus flagrant lorsque tu te tapes la BA d’Epic juste avant…). Les personnages surprennent par leur incapacité à proposer autre chose que du déjà-vu, et à part l’homme invisible qui m’a fait sourire, les autres se cantonnent au rôle que l’on peut attendre d’eux.
Le film se concentre de toute manière exclusivement sur les personnages de Dracula, sa fille et Johnny, l’humain squatteur. Ce trio hyper classique du fille/copain/beau-père (pour simplifier) fonctionne mais à aucun moment ne surprend. On a droit à tout : mensonge, duel, amour, trahison, confidente, réconciliation… Du classique de chez classique à la limite de la date de péremption. Ajoutons à cela que Johnny m’a clairement fait passé pour un vieux vu que je n’ai pas toujours compris ses répliques et qu’il décrasse l’ensemble de l’hôtel en leur faisant écouter du rock (à non, ça c’est si le film était sorti il y a 20 ans…) de la dance (ho… Gosh…).

Avec un tel casting, le film ne pouvait malheureusement que proposer un scénario hyper convenu. Ce dernier est clairement scindé en « actes », rendant la structure de l’histoire assez rigide et pas toujours cohérente. Par exemple, il est mis en lumière le côté « vieillot » de l’hôtel et ses occupants en plein milieu du film, alors que cet aspect n’est pas du tout soulevé, hormis pour ce passage. Et cela ne fait pas forcément avancer l’intrigue, ce qui met en lumière le peu de consistance du scénario. Pour ainsi dire, l’ensemble  se laisse suivre, mais devant un spectacle si peu imaginatif, on en regretterait presque le Lorax qui lui, avait au moins le mérite de faire passer un message fort, bien que très basique (et c’était carrément plus joli!).

Vous l’aurez compris, le film ne m’a clairement pas transcendé. C’est vraiment trop convenu, que ce soit au niveau des personnages que des situations et à aucun moment le spectateur adulte (enfant, je ne sais pas…) n’est surpris par la tournure de cette histoire cousue d’un fil blanc immaculé. Et sous-entendre que pour être « djeun’s », il faut aimer la musique dance, je préfère encore passer pour un vieil aigri!

DraculaDance

Publicités

7 réflexions sur “Hôtel Transylvanie : Dracula est ringuard… Et moi aussi!

  1. Je pensais justement aller le voir, me disant que malgré la bande annonce le scénario devait être un peu moins cliché… Je suis totalement refroidi. S’il n’y a vraiment rien qui fait rire, je vais p’t’êt’ garder mon argent pour autre chose !

    • Oui, pour une fois, la bande annonce n’induit pas en erreur :D

      Non mais je pense que le jeune public peut sans doute apprécier le spectacle, mais passez 18 ans, je pense que ça commence à devenir critique!

  2. Pour une fois que j’ai vu le film je peux te dire que je suis bien d’accord !
    Le film se laisse regarder gentiment, totalement cliché, mais à aucun moment la salle n’a ri. Au mieux on sourit quoi !
    J’ai été assez déçue car l’idée aurait pu être drôle ! Mais on a été voir le film après avoir pété un cable chez Air France et il n’y avait rien d’autres qui nous tentait donc bon…

    Et le truc qui m’a fait rigolé intérieurement, la TROTTINETTE ! Je sais que c’est tendance chez les gamins mais bordel une trottinette comparée au skate de notre enfance c’est ri-di-cu-le bordel ! Le skate il y a de l’équilibre à avoir, la trottinette c’est juste pourrie :P
    Et le passage où il chante en rap le vampire, WTF effectivement. Je suis avec toi, vieille conne powa !

    • C’est ça en fait, c’est plein de « codes » pour la jeunesse, mais la jeunesse de l’an 2000, pas celle des années 80-90 XD

      En gros ça y est, on est officiellement vieux et has been! :p

      • Mais dans la salle il y avait des petits, et ils ont pas ri du tout eux non plus ! Donc on est des vieux con des années 80-90 mais c’est pas drôle quand même :P

      • Ha ok. Du coup, je me demande la tranche d’âge que le film vise… Ou il est juste mauvais XD (même si j’ai vu pire).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s