L'Atelier d'AngelMJ


3 Commentaires

Marsupilami au cinéma : Houba ou pas?

Après l’excellent Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, Alain CHABAT retente l’aventure de l’adaptation d’une BD sur grand écran. Le choix c’est ici porté sur l’une des créatures les plus originales créées par le dessinateur Franquin : Le Marsupilami.
Je ne connais pas très bien ce personnage, en tout cas pas plus que ce que j’en ai vu et lu dans les premières aventures de Spirou. Et je pense que je ne suis pas le seul. De ce fait, le film part peut être avec un handicap supplémentaire par rapport à Astérix : CHABAT doit proposer une aventure mettant en scène un personnage visuellement connu, mais dont l’univers ne l’est finalement pas tant que ça pour la majorité.

Qu’en est-il donc de cette adaptation? Pour commencer, et c’était important pour moi, le Marsupilami, réalisé en image de synthèse, est réussi. Pire : ils l’ont rendu mignon (car le Marsupilami à la base, excuse moi, n’est pas si mignon que ça…). Du coup, on guette chacune de ses apparitions (assez rares au début du film malheureusement…) qui sont un régal en terme d’animation et de rendu. Là encore, on voit qu’Alain CHABAT connait très bien les BD d’origines car il propose un Marsupilami très fidèle dans son comportement, que soit au niveau des expressions faciales que de la gestuelle.

Pour ce qui est du film, n’attendez pas une suite spirituelle à Mission Cléopâtre, c’est très en dessous. On reconnait bien évidemment le style comique du réalisateur mais le rendu est parfois trop sage ou trop primaire. Il y a beaucoup de gags, tout n’est pas à garder, tout n’est pas à jeter. J’avoue avoir ri, pas mal de fois, mais pas à chaque fois.
Il faut dire qu’au delà de l’humour, le film peine à prendre ses marques durant la première demi heure. Il faut attendre l’arrivée de la prophétie des Payas (très réussie en dessin traditionnel) pour que l’histoire démarre enfin et que le scénario se montre vraiment consistant.

Mais d’une manière générale, la film est bon, voir très bon par moment. Certaines scènes risquent de devoir cultes (Jamel et le chien…) et certains acteurs donnent vraiment de leur personne (mention spéciale pour Lambert WILSON qui réalise, selon moi, la scène de « diversion » la plus hilarante de ces dernières années). A entendre les commentaires en sortant de la salle, les autres spectateurs (majoritairement des jeunes et des enfants) semblent avoir beaucoup aimé. En ce qui me concerne, le spectacle m’a convaincu et je ne peux que conseiller aux fans de la BD d’aller voir le film, car ce dernier en conserve toute l’essence, la touche CHABAT en plus. Et puis, le Marsu est si mignon…